CANDIDATER

Je manque d'ambition

Dec 21, 2021

Plus jeune, mon père me répétait souvent que je manquais d’ambition. Il ne comprenait pas pourquoi je ne voulais pas rentrer dans une Grande École, faire de grandes études, devenir avocate, médecin ou juge.

Mon père voyait les choses en grand pour moi.

Je me rappelle encore lui répondre que je m’en fichais de gagner plein d’argent, tout ce qui m’intéressait c’était d’être heureuse. J’avais envie de faire un métier qui me plaisait, de ne pas passer mon temps à bosser et que si cela signifiait vivre simplement, alors ça m’allait très bien.

Mon père ne me contredisait pas.
Je reste cependant persuadée qu’il se disait que je n’avais aucune idée de ce que j'avançais...

Mon père, c'est l’une de ces histoires d’immigré qui a tout quitté pour se donner la chance de vivre une vie meilleure et qui par la force de la volonté, y est arrivé.
Mieux encore, il y a excellé.

Il disait «moi qui ai grandi dans la pauvreté, j’ai dû batailler pour en arriver là et vous mes enfants, vous avez tout et pourtant… Je ne comprends pas pourquoi vous n’avez pas plus d’ambition».

Et ce n’était pas dit méchamment. C’était vraiment l’expression de sa plus profonde incompréhension.

 

Je crois que ma mère me comprenait mieux. Même si pourtant, elle aussi, incarnait l’ambition et la réussite.

A côté de mes deux parents doctorants, je ne voyais honnêtement pas comment je pourrais faire mieux et j’en avais absolument aucune volonté. Je n’étais pas motivée à l’idée de faire autant d'années d’études, de travailler comme ils le faisaient. Je voulais juste vivre, avoir du temps, être heureuse.

Une part de moi se disait que j’étais peut être naïve de penser que c’était ça la vie, que cela ne pouvait pas être aussi simple. Alors ce manque d’ambition, j’en ai fait ma vérité.

Même si pourtant …
j’ai réussi à devenir catégorie A de la fonction publique à 21 ans.
j’ai eu le courage de partir vivre à l’autre bout de la France pour me faire une situation.
je gagnais bien plus que mes collègues du même grade.

J’ai préféré croire à ma bonne étoile dont ma mère me parlait tout le temps.

Ma mère est une femme ultra positive.
Elle voit les belles choses partout : une fleur qui éclot, une musique jouée dans un coin de rue, une parole prononcée par un inconnu. Elle m’a transmis la confiance que tout irait toujours bien dans ma vie. Même lorsque ça irait mal, il y avait toujours du positif qui en sortirait.

J’y ai cru.

Et parce que j’y ai cru, j’en ai fait ma vérité. J’ai toujours vu les plus belles bénédictions dans les moments de vie les plus difficiles que j’ai traversés.

 

Alors quand ma vie a pris des tournures inattendues …
suivre mon ex au Canada et mettre ma carrière entre parenthèses
friser le burn out précipitant ma décision de me lancer à 100% dans mon business en ligne
partir vivre au Mexique suite à notre rupture

… j’ai toujours gardé confiance dans le fait que quoiqu’il arrive, tout irait pour le mieux.

 

Ma bonne étoile veille sur moi. 🌟

 

Je n’ai jamais eu la prétention de vouloir gagner plein d’argent.
Ni d’être ma propre boss.
Et encore moins, de vivre une vie tellement atypique au 4 coins de l’Amérique du Nord que je pourrais être enviée.

Je pensais que je n’avais pas d’ambition, que j’étais une femme simple qui ne faisait que suivre son bonhomme de chemin. Et très sincèrement, j’y crois toujours.

 

Sur mon chemin justement, j’ai réalisé quelque chose d’important que je veux te transmettre aujourd’hui.

 

Tes parents, tes amis, tes proches, te connaissent oui … mais chacun a son propre prisme pour te regarder, te définir, te conseiller. Ce regard est attaché à leurs propres valeurs, leurs expériences de vie, leur propre vision de la vie.

Peut-être que l’ambition pour toi n’est pas d’avoir le plus haut diplôme, ni la profession la plus reconnue, mais simplement de pouvoir vivre la vie qui t’anime. Et ça se peut que cela te demande de prendre une direction complètement à l’opposé de celle qui te semblait toute tracée, destinée.

Les fêtes de fin d’année arrivent et je mets ma main à couper que tu vas te retrouver autour de la table à devoir essayer d’expliquer ce que tu fais, ce que tu as accompli durant l’année.

Probablement que personne ne va comprendre, ni réellement mesurer l’ampleur de tes accomplissements.

Et je suis là pour te dire que c’est ok.

C’est ok si personne ne réalise le travail sur toi que tu as dû opérer,
le dépassement de soi que cela a pu te demander,
les miracles que tu as accompli (what, tu as des clients qui payent +1000€ pour une de tes formations?!).

C’est ok.

 

Parce que finalement, est-ce que c’est si important qu’ils comprennent ?
Et si le fait que tu en vois les bénéfices dans ta vie (tes revenus, tes horaires, ta liberté) ça suffisait ?

Je n’étais pas ambitieuse puis finalement j’ai créé mon entreprise, j’ai voyagé, je me suis mariée avec un étranger, j’ai engagé des employés et je suis en train de mettre sur pied mon plan de développement pour atteindre un million de chiffres d’affaires annuels.

Alors oui, je ne suis pas devenue médecin, avocate ou juge. Cependant, je suis clairement allée beaucoup plus loin que ce que mon père imaginait pour moi. À vrai dire, même au-delà de ce que j'imaginais moi-même, pour moi-même !

Si tu te sens frustrée, exaspérée, incomprise durant les festivités de fin d’année, j’ai envie de t’inviter à te rappeler de tout ce que je viens de te raconter, à laisser couler et puis tout simplement profiter.

Sois heureuse de vivre la vie que tu t’es choisis.
Sois fière d’avoir réussi à t’extirper de ce chemin tracé qui ne t’était pas réellement destiné.
Sois dans la gratitude de pouvoir tout simplement être là, assise autour de la table, en train de manger et de discuter avec tes bien-aimés. Car rappelle toi ce que disait ma mère, la beauté de la vie se trouve dans les petites choses, les moments simples aussi insignifiants soit-il.

 

Et tu sais quoi, au final ta bonne étoile veille sur toi. 🌟

Package ton expertise en un programme signature vendu à 1000€ et + en rejoignant les Impératrices.

Candidater